15 novembre (ancien calendrier)/28 novembre (nouveau)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

15 novembre (ancien calendrier)/28 novembre (nouveau)

Début du carême de la Nativité – dispense de poisson

Saints Gourias et Samonas, prêtres, martyrs à Edesse (306) ; saint Habib, diacre, martyr à Edesse (322) ; saints Elpide, Marcel et Eustoche, martyrs à Carthage (IVème s.) ; saint Dimitri de Thrace, martyr (307) ; saint Malo, évêque d’Aleth (460) ; Saints Aurèle, Suacre, Scutaire, Armentaire et Bénigne, évêques du diocèse du Puy-en-Velay (IVème-Vème s.), saint Didier, évêque de Cahors (655) ; saint Pavin, abbé près du Mans (vers 700) ; saint Païssy (Velitchkovsky) de Moldavie (1794) ; saints néo-martyrs de Russie : Nicolas (Chtcherbakov) et Pierre (Konardov), prêtre, Grégoire (Dolinine) et Nicétas (Almazov), diacres (1937) ; icône de la Mère de Dieu de Koupiatitsa (1180).

SAINT PAÏSSY VELITCHKOVSKY

Saint Païssy Velitchkovsky
Saint Païssy (Velitchkovsky) de Moldavie (1794)

Notre saint Père Païssy naquit en 1722 au sein de la famille nombreuse d’un prêtre de la ville de Poltava, en Ukraine. Doux, réservé, doué d’une grande capacité de recueillement et d’une vive intelligence, il apprit très vite à lire et se plongea avec passion dans la lecture de l’Écriture sainte, des Vies des saints moines et des écrits des Pères de l’Église, particulièrement ceux qui traitaient de l’ascèse. Envoyé à l’Académie Ecclésiastique de Kiev pour y poursuivre ses études, il fut rapidement déçu par son enseignement desséchant, influencé par la scolastique latine. Au bout de quatre ans, il abandonna ses études et se mit en quête d’un père spirituel et d’un monastère où il pourrait vivre dans le dépouillement, imitant la pauvreté du Christ. Il séjourna dans divers monastères, devint rasophore sous le nom de Platon ; puis, ayant entendu vanter le mode de vie que l’on menait dans les skites de Moldo-Valachie (la Roumanie actuelle), il s’y rendit en hâte avec quelques compagnons. Platon vécut là quelques années dans les conditions idéales pour la vie monastique, auprès de pères spirituels avisés qui suivaient fidèlement l’enseignement des saints Pères. Il manifesta alors son ardeur pour acquérir les qualités d’un disciple exemplaire : obéissance absolue, humilité, amour des frères, constance et joie dans les épreuves, zèle pour la méditation et la prière. Comme ses supérieurs, à la vue de ses progrès, voulaient le faire ordonner prêtre avant l’âge requis de trente ans, craignant d’enfreindre en quoi que ce fût les saints Canons, il quitta son monastère et la Roumanie pour se diriger vers le terme de ses aspirations : le Mont Athos. Toutefois, en raison de l’occupation turque, la situation n’y était guère brillante, et n’ayant pu trouver, malgré ses recherches, le père spirituel auquel son âme aspirait, Platon s’installa seul, près du monastère de Pantocrator, n’ayant pour guides que l’Écriture sainte, les écrits des saints Pères et le témoignage de sa conscience. Réduit à la plus extrême pauvreté, il ne mangeait qu’un jour sur deux, luttant chaque jour contre les tentations de découragement, et persévérant dans la prière et la méditation des écrits patristiques. Au bout de quatre années de luttes, le vénérable Basile de Poïana Marului, qu’il avait connu en Roumanie, vint en visite à l’Athos (1756). Il le tonsura moine sous le nom de Païssy et lui conseilla de prendre avec lui quelques compagnons, afin d’échapper aux dangers d’une vie érémitique prématurée. Peu de temps après, un jeune moine roumain, Bessarion, qui comme lui n’avait pu trouver de père spirituel, se présenta et lui demanda de le recevoir comme disciple. Païssy, se jugeant indigne d’enseigner, accepta de le prendre avec lui, non comme disciple mais comme frère et compagnon d’ascèse. Bientôt, d’autres frères, roumains et slaves, les rejoignirent. En 1758, Païssy, qui refusait toujours de se considérer comme leur maître, céda finalement aux instances de ses compagnons et accepta d’être ordonné prêtre et de devenir leur confesseur. Malgré les difficultés matérielles, la communauté s’accroissait sans cesse. Ils changèrent de demeure pour s’établir dans la skite du prophète Élie et, au bout de quelques années, l’endroit étant devenu trop exigu, ils s’installèrent au monastère de Simonos Pétra, qui se trouvait alors fermé pour dettes. Bientôt harcelés par les créanciers, ils décidèrent finalement de quitter l’Athos, pour retourner en Roumanie (1763). Païssy et ses septante disciples furent accueillis avec joie par le métropolite et le despote de Moldavie, qui mirent à leur disposition le monastère de Dragomirna. L’Ancien y organisa la vie communautaire selon les usages athonites et en se conformant scrupuleusement aux prescriptions des saints Pères. C’est dans la communauté du bienheureux Païssy qu’on adopta, pour la première fois, les méthodes de la prière intérieure aux conditions de la vie cénobitique. Jusqu’alors, en effet, cette forme de prière contemplative était réservée aux ermites et aux hésychastes. Dans l’église, les offices étaient parfaitement réglés : un chœur chantait en slavon et l’autre répondait en roumain. Chaque soir les moines se confessaient à leur Ancien, de manière à ne pas laisser le soleil se coucher sur la colère (Éph IV, 26) ou la dissension. Si toutefois un frère gardait rancune à un autre frère, il lui était interdit de pénétrer dans l’église et même de réciter le Notre Père. Comme, depuis Kiev, il souffrait de l’insuffisance des anciennes traductions slaves, lesquelles rendaient souvent le texte incompréhensible, et qu’il s’était vainement fatigué à les comparer lors de son séjour à l’Athos, il apprit le grec ancien et entreprit avec patience la collation de toute une série de copies des écrits patristiques dans leur langue originale. À Dragomirna, il travailla sans relâche à la correction de ces textes, avec un admirable respect et une méthode d’une parfaite rigueur critique, et s’attacha à traduire du grec des œuvres de nombreux Pères, tels que saints Antoine, Hésychios, Macaire, Diadoque, Philothée du Sinaï, Théodore Studite, Syméon le Nouveau Théologien, Grégoire le Sinaïte, et surtout Isaac le Syrien. Aidé par un groupe croissant de collaborateurs, il les corrigeait sans cesse et les éprouvait en les lisant et les commentant à la communauté réunie : un soir en slavon et le lendemain en roumain. À l’issue de la guerre russo-turque (1774), la partie de la Moldavie du Nord (Bucovine), où se trouvait le monastère, ayant été cédée à l’Autriche, la communauté, craignant les pressions de la part des autorités catholiques, décida de quitter Dragomirna pour s’installer au monastère de Sékou. Ce monastère se trouvant bientôt surchargé, Païssy dut accepter, à contrecœur, de diviser sa famille spirituelle, et il alla s’installer avec le plus grand nombre de ses disciples au monastère proche de Néamts (1779), le centre de la vie spirituelle de Moldavie depuis le XIVe siècle. Sa communauté monastique atteignit bientôt le nombre de mille moines : sept cents à Néamts et trois cents à Sékou. Outre les activités liturgiques et spirituelles, de nombreuses activités de bienfaisance avaient été organisées à Néamts. Saint Païssy s’endormit en paix, le 15 novembre 1794, un an après la publication de la première traduction slave de la Philocalie, publiée en grec onze ans auparavant par saint Macaire de Corinthe et saint Nicodème l’Hagiorite. Ces traductions et le rayonnement de la sainteté du bienheureux starets, diffusés par ses disciples en Russie, furent à l’origine d’un vaste mouvement de restauration de la vie spirituelle et du monachisme traditionnel, notamment au célèbre monastère d’Optino avec ses startsy.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire des saints martyrs, ton 5

Tu nous as donné les miracles de Tes martyrs comme une enceinte imprenable, Christ Dieu. Par leurs prières, dissipe les desseins des infidèles, affermis la Sainte Église, Toi qui seul es bon et Ami des hommes.

Tropaire de saint Païssy Velitchkovsky, ton 4

Ô saint et très-vénérable Père Païssy, gloire de Poltava et protecteur de la vraie foi, toi qui aimas le Christ dès ta jeunesse, tel un autre Abraham tu délaissas ta patrie, et t’adonnas au combat spirituel sur la montagne de l’Athos ; puis ayant assemblé une multitude de disciples, tu vins alors t’établir sur la terre bénie de Moldavie, où tu fondas le paradis terrestre de la laure de Néamts ; aussi avec les anges, empresse-toi de prier Dieu pour le salut de nos âmes.

Kondakion des saints martyrs, ton 2

Des hauteurs ayant reçu la grâce, ô sages, vous protégez ceux qu’éprouvent les épreuves, vous qui êtes dignes de toute louange;  c’est pourquoi vous avez épargné  à la jeune fille une mort amère; car vous êtes, illustres Martyrs, en vérité, la gloire d’Edesse et la joie du monde.

Kondakion de saint Païssy Veltichkovsky, ton 8

Au vénérable Païssy de Néamts, vase d’élection du Saint-Esprit, père de la Philocalie roumaine, et maître de nombreux disciples qu’il abreuva tous de la parole du saint Évangile, et revivificateur d’une multitude de monastères, chantons en ce jour avec les armées célestes la louange qui lui est due : Réjouis-toi, saint et très-vénérable Père Païssy, gloire de la Moldavie et diadème des vénérables moines !

ÉPITRE DU JOUR

I Tim. V, 22 – VI, 11

Je te conjure devant Dieu, devant Jésus Christ, et devant les anges élus, d’observer ces choses sans prévention, et de ne rien faire par faveur. N’impose les mains à personne avec précipitation, et ne participe pas aux péchés d’autrui; toi-même, conserve-toi pur. Ne continue pas à ne boire que de l’eau; mais fais usage d’un peu de vin, à cause de ton estomac et de tes fréquentes indispositions. Les péchés de certains hommes sont manifestes, même avant qu’on les juge, tandis que chez d’autres, ils ne se découvrent que dans la suite.De même, les bonnes oeuvres sont manifestes, et celles qui ne le sont pas ne peuvent rester cachées. Que tous ceux qui sont sous le joug de la servitude regardent leurs maîtres comme dignes de tout honneur, afin que le nom de Dieu et la doctrine ne soient pas blasphémés. Et que ceux qui ont des fidèles pour maîtres ne les méprisent pas, sous prétexte qu’ils sont frères; mais qu’ils les servent d’autant mieux que ce sont des fidèles et des bien-aimés qui s’attachent à leur faire du bien. Enseigne ces choses et recommande-les. Si quelqu’un enseigne de fausses doctrines, et ne s’attache pas aux saines paroles de notre Seigneur Jésus Christ et à la doctrine qui est selon la piété, il est enflé d’orgueil, il ne sait rien, et il a la maladie des questions oiseuses et des disputes de mots, d’où naissent l’envie, les querelles, les calomnies, les mauvais soupçons, les vaines discussions d’hommes corrompus d’entendement, privés de la vérité, et croyant que la piété est une source de gain. C’est, en effet, une grande source de gain que la piété avec le contentement; car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons rien emporter; si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira. Mais ceux qui veulent s’enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments. Pour toi, homme de Dieu, fuis ces choses, et recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la patience, la douceur.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XV, 1-10

Tous les publicains et les gens de mauvaise vie s’approchaient de Jésus pour l’entendre. Et les pharisiens et les scribes murmuraient, disant : Cet homme accueille des gens de mauvaise vie, et mange avec eux. Mais il leur dit cette parabole : Quel homme d’entre vous, s’il a cent brebis, et qu’il en perde une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller après celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ? Lorsqu’il l’a retrouvée, il la met avec joie sur ses épaules, et, de retour à la maison, il appelle ses amis et ses voisins, et leur dit : Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis qui était perdue. De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance. Ou quelle femme, si elle a dix drachmes, et qu’elle en perde une, n’allume une lampe, ne balaie la maison, et ne cherche avec soin, jusqu’à ce qu’elle la retrouve ? Lorsqu’elle l’a retrouvée, elle appelle ses amies et ses voisines, et dit : Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé la drachme que j’avais perdue. De même, je vous le dis, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

January 17 (old calendar) / Janu... 95584

January 17 (old calendar) / January 30 (new) Fast Venerable and Godbearing Father Anthony the Great (356). Ven. Anthony of Dymsk (Novgorod—ca. 1224...

January 30 95582

January 30  Fast Synaxis of the Ecumenical Teachers and Hierarchs: Basil the Great, Gregory the Theologian, and John Chrysostom. Hieromartyr Hippol...

17 janvier (ancien calendrier) /... Vivre avec l'Église 95580

17 janvier (ancien calendrier) / 30 janvier (nouveau) Jour de jeûne Saint Antoine le Grand, moine en Égypte (356) ; saint Genou, évêque de Cahors (...

30 janvier Vivre avec l'Église 95578

30 janvier Jour de jeûne Synaxe des saints Hiérarques Basile le Grand, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome ; saint Hippolyte de Rome, martyr...

The Russian Church denounces pre... 95586

On January 29, the French daily La Croix published an article signed Pierre Sautreuil on the current situation of the Russian Church in Ukraine. Pl...

« L’Église russe dénonce des pre... Revue de presse 95573

Le quotidien La Croix a publié et mis en ligne l’article suivant : « L’Église russe dénonce des pressions sur ses paroisses en Ukraine« . Int...

Soirée de prière pour l’un... Annonces 95564

La prochaine soirée de prière, de toutes les paroisses orthodoxes de la région parisienne, pour l’unité de l’Église orthodoxe aura lieu le me...

Communiqué of St. Sergius Instit... 95538

On January 28, 2019, at the end of its meeting, the St. Sergius Orthodox Theological Institute (Paris) Board of Directors issued the following comm...

OCA Holy Synod of Bishops issued... 95532

On Monday, January 28, 2019, His Beatitude, Metropolitan Tikhon and the members of the Holy Synod of Bishops of the Orthodox Church in America (OCA...

Jean-François Colosimo’s letter... 95525

Sunday, January 27, 2019, Feast of the translation of the relics of St. John Chrysostom. For more than a quarter of a century, since the fall of 19...

Lettre de démission et de consid... À la Une 95523

Dimanche 27 janvier 2019, en la fête de la translation des reliques de saint Jean Chrysostome. Cela fait maintenant plus d’un quart de siècle, depu...

« Monastères, les trésors cachés... Podcast vidéo 95519

Un documentaire (42:29) diffusé par la chaîne de télévision Arte, intitulé « Monastères, les trésors cachés de la Géorgie », est en ligne jusqu&rsq...