À l’occasion du dimanche du Paralytique, le patriarche de Jérusalem s’est rendu à Reineh
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Le dimanche du Paralytique, 29 avril, le patriarche de Jérusalem et de toute la Palestine Théophile III a présidé la divine liturgie à l’église Saint-Georges de la communauté orthodoxe de la ville de Reineh, située près de Nazareth en Galilée.
Après avoir été accueilli très chaleureusement par les scouts et les jeunes de la paroisse, Sa Béatitude a célébré la divine liturgie entouré du métropolite de Nazareth Cyriaque, de l’archevêque Aristarque de Constantine, des hiéromoines Hilarion et Macaire, de nombreux prêtres arabophones de la région, du recteur de la paroisse, le Père Siméon, ainsi que de l’archidiacre Marc et du diacre Anastase. Le chœur de la paroisse a chanté toute la Liturgie en arabe. De très nombreux fidèles de Galilée s’étaient réunis dans cette église paroissiale à cette occasion.

Le patriarche a prononcé une homélie après la lecture de l’Évangile :
« Frères et sœurs bien-aimés en Christ,
Le Christ notre vrai Dieu, qui est ressuscité d’entre les morts et qui a guéri le paralytique à la piscine des brebis (Bethesda), nous a tous rassemblés en ce jour du temps pascal, dans votre ville de Reineh, afin que nous puissions glorifier son incomparable générosité.
L’amour de Dieu le Père se manifeste par deux grands événements historiques sans précédent : le fait que Dieu le Verbe s’est incarné et a pris la forme d’un homme par la Vierge Marie ; et également que Dieu le Verbe, le Fils de Dieu le Père, notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts.
A la requête désespérée de l’homme impuissant qui attendait depuis trente-huit ans et qui disait à Jésus :  » Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine, quand l’eau vient à être agitée; et, le temps que j’y aille, un autre descend avant moi. Jésus lui dit : Lève-toi, prends ton grabat, et marche. Et aussitôt l’homme fut guéri, il prit son grabat, et il marchait ; or, c’était le sabbat » (Jean 5, 7-9).
Jésus a guéri le paralytique par la puissance de sa parole, simplement pour montrer sa force et son autorité, comme le dit saint Cyrille d’Alexandrie : « Il ordonne à l’homme de prendre son grabat et de marcher, afin de montrer aux yeux de tous la toute-puissance de son don de guérisseur ».
C’est précisément cette force sacrée et ce pouvoir sur la corruption et le péché que Jésus a révélé et montré à tous les peuples au moyen de son ensevelissement de trois jours et de sa résurrection, comme le dit l’hymnographe : « En descendant vers les habitants de l’Hadès, le Christ a fait entendre la bonne nouvelle en disant : Prenez courage, j’ai triomphé aujourd’hui, je suis la Résurrection, après avoir détruit les portes de la mort, je vous ferai sortir des enfers ».
En d’autres termes, mes frères bien-aimés, notre Seigneur Jésus-Christ a guéri le paralytique en disant : « Lève-toi, prends ton grabat et marche » (Jean 5, 8). Et cela a été accompli de cette manière pour montrer qu’il s’agissait d’un miracle par la puissance divine de Jésus et non d’un simple mirage, comme le dit saint Jean Chrysostome : « Non seulement il a fait marcher l’homme, mais il lui a aussi ordonné de prendre son lit, afin de confirmer le miracle accompli et que nul ne puisse supposer que ce qui se passait n’était qu’une illusion ou un mensonge ».
La question de Jésus-Christ au paralytique : « Veux-tu être guéri ? » (Jean 5, 6) a une signification intemporelle et s’adresse à tout homme qui veut être guéri.
Et nous disons cela, parce que notre Seigneur et Sauveur, Dieu le Verbe, s’est fait homme et a pris sur Lui notre chair humaine pour nous libérer du péché, c’est-à-dire de la maladie, et par conséquent de notre propre « paralysie ».
Comprenez pourquoi l’Église du Christ se réjouit de sa résurrection, l’ayant comme chef et comme corps. Écoutons l’auteur de l’hymne qui dit : « Quand ton Fils a détruit toutes les forces de la mort, ô Vierge, comme le Dieu puissant, il nous a exalté et nous a déifié avec lui par sa résurrection. C’est pourquoi nous chantons sa louange pour les siècles des siècles. »
Notre déification est le but ultime de la vocation à travers l’Église que Dieu nous offre par son ineffable amour des hommes à sa créature, l’homme blessé. Le sang divin du Christ, sur lequel l’Église a été fondée, a été versé pour nous, les hommes. Et l’Église ne doit pas être considérée comme une organisation mondaine ou sociale, mais avant tout comme un lieu de guérison, un hôpital pour nos âmes et nos corps.
En tant que lieu de guérison, l’Église a toujours ses portes grandes ouvertes, en tout temps, à tous les hommes, selon les paroles du Seigneur :  » celui qui vient à moi, je ne le jetterai pas dehors » (Jean 6, 37) et « Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs à la repentance » . En d’autres termes, le Christ appelle les pécheurs « non pas à rester pécheurs, mais à se repentir, c’est-à-dire à revenir à Lui », comme le dit saint Théophylactos.
Cela signifie, mes chers amis, qu’il y a beaucoup de gens et surtout des chrétiens qui se considèrent en bonne santé et qui disent qu’ils n’ont pas besoin d’un médecin, c’est-à-dire du Christ et de son Église. Mais à ces personnes s’applique ce que le Seigneur a dit à l’évêque de Laodicée dans le livre de l’Apocalypse de saint Jean le Théologien : « Tu t’imagines : me voilà riche, je me suis enrichi et je n’ai besoin de rien ; mais tu ne le vois donc pas: c’est toi qui es malheureux, pitoyable, pauvre, aveugle et nu ! » (Apoc. 3, 17). Et plus précisément, vous prétendez dans votre orgueil et votre autosatisfaction que vous êtes riches en vertus et que vous n’avez donc pas besoin de plus. Et vous ne savez pas que vous êtes en réalité misérables et lamentables et dépourvus de vertus, et aveugles et malades, que vous ne voyez pas votre condition spirituelle paralysée.
La célébration pascale et festive d’aujourd’hui dans notre Sainte Église nous convie, à travers les paroles de l’hymnographe, à découvrir la puissance du redoutable mystère de la crucifixion et de la résurrection du Seigneur pour nous : « Le Christ notre Sauveur, le Verbe qui était au commencement, a été crucifié pour nous et enterré par sa propre volonté, et il s’est relevé des morts, pour sauver tout ce qui était mort. Adorons-le. »
Notre sainte Église de Jérusalem a été un témoin fidèle et a proclamé et enseigné cette vérité, avec sa Fraternité monastique du Saint Tombeau, qui a préservé les sanctuaires tout au long des siècles, comme lieux de sanctification et de ressourcement spirituel et également en étant les garants de la présence chrétienne en Terre Sainte et au Moyen-Orient.
Remercions Dieu plein de miséricorde et notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, qui est né de la Très Pure et toujours Vierge Marie la Théotokos et disons avec l’auteur de l’hymne :  » Sois bon, ô Dieu tout-puissant, guéris mon âme, qui a été affligée pendant de nombreuses années, comme tu as guéri autrefois le paralytique, afin que je puisse marcher dans le chemin que tu nous as tracé et que tu nous as montré afin de te connaître ». Amen.
Le Christ est ressuscité ! »

Source

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

January 17 (old calendar) / Janu... 95584

January 17 (old calendar) / January 30 (new) Fast Venerable and Godbearing Father Anthony the Great (356). Ven. Anthony of Dymsk (Novgorod—ca. 1224...

January 30 95582

January 30  Fast Synaxis of the Ecumenical Teachers and Hierarchs: Basil the Great, Gregory the Theologian, and John Chrysostom. Hieromartyr Hippol...

17 janvier (ancien calendrier) /... Vivre avec l'Église 95580

17 janvier (ancien calendrier) / 30 janvier (nouveau) Jour de jeûne Saint Antoine le Grand, moine en Égypte (356) ; saint Genou, évêque de Cahors (...

30 janvier Vivre avec l'Église 95578

30 janvier Jour de jeûne Synaxe des saints Hiérarques Basile le Grand, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome ; saint Hippolyte de Rome, martyr...

The Russian Church denounces pre... 95586

On January 29, the French daily La Croix published an article signed Pierre Sautreuil on the current situation of the Russian Church in Ukraine. Pl...

« L’Église russe dénonce des pre... Revue de presse 95573

Le quotidien La Croix a publié et mis en ligne l’article suivant : « L’Église russe dénonce des pressions sur ses paroisses en Ukraine« . Int...

Soirée de prière pour l’un... Annonces 95564

La prochaine soirée de prière, de toutes les paroisses orthodoxes de la région parisienne, pour l’unité de l’Église orthodoxe aura lieu le me...

Communiqué of St. Sergius Instit... 95538

On January 28, 2019, at the end of its meeting, the St. Sergius Orthodox Theological Institute (Paris) Board of Directors issued the following comm...

OCA Holy Synod of Bishops issued... 95532

On Monday, January 28, 2019, His Beatitude, Metropolitan Tikhon and the members of the Holy Synod of Bishops of the Orthodox Church in America (OCA...

Jean-François Colosimo’s letter... 95525

Sunday, January 27, 2019, Feast of the translation of the relics of St. John Chrysostom. For more than a quarter of a century, since the fall of 19...

Lettre de démission et de consid... À la Une 95523

Dimanche 27 janvier 2019, en la fête de la translation des reliques de saint Jean Chrysostome. Cela fait maintenant plus d’un quart de siècle, depu...

« Monastères, les trésors cachés... Podcast vidéo 95519

Un documentaire (42:29) diffusé par la chaîne de télévision Arte, intitulé « Monastères, les trésors cachés de la Géorgie », est en ligne jusqu&rsq...