• Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Lopez
Claude Lopez-Ginisty, Le secours des saints. Dictionnaire des intercessions orthodoxes, Éditions Xénia, Vevey, 1997, 169 p.

Ce livre consacré aux « intercessions orthodoxes » comporte trois parties.
La première, qui occupe près de 120 pages, est un dictionnaire thématique des différentes causes pour lesquels les fidèles ont, au cours des siècles, sollicité l’intercession des saints.  Il s’agit de remédier aux maladies (dans la plupart des cas), mais aussi de trouver une issue favorable à différentes situations pénibles de la vie, et de se prémunir contre toutes les catastrophes, calamités, désagréments ou difficultés pouvant survenir, ou d’obtenir des circonstances favorables pour diverses entreprises ou activités. Sous chaque rubrique, l’auteur à recensé tous les saints qui ont été traditionnellement invoqués pour obtenir aide et protection. Son enquête, menée surtout dans les Vies des saints et les Synaxaires, s’est étendue aux saints des pays orthodoxes des origines à nos jours et aux saints occidentaux antérieurs à la séparation des Églises d’Orient et d’Occident (la plupart sont d’avant le IXe siècle) ; ceux-ci sont majoritaires du fait sans doute que l’auteur a disposé de plus de sources occidentales que de sources orientales (il a notamment abondamment puisé dans les « Petits Bollandistes » et dans l’ouvrage de Louis du Broc De Sérange, « Les Saints patrons des corporations et protecteurs »).

Dans son introduction, l’auteur cherche à éviter tout malentendu vis-à-vis de ce qui pourrait passer pour de la superstition, ressembler à un catalogue de recettes ou s’apparenter à une pratique magique. Il rappelle que le recours à l’aide spirituelle des saints est aussi ancien que l’Église elle-même et que saint Cyprien de Carthage, en 248, notait que « les hommes vivant sur cette terre sont aidés par les prières des saints qui règnent auprès de Dieu ». Il fait remarquer aussi que les saints, tout en étant invoqués dans des circonstances particulières, ne sont pas spécialisés pour autant et que « tout saint dans l’Église peut être sollicité dans n’importe quelle circonstance de la vie des fidèles ». Il note que c’est par la grâce qu’ils demandent à Dieu et reçoivent de Lui que les saints agissent. Il souligne aussi que faire appel à l’aide des saints en cas de maladie n’a jamais été considéré comme pouvant dispenser du recours à la médecine : les médecins célestes et les médecins terrestres ne s’excluent pas mais agissent en synergie.
L’auteur a travaillé avec beaucoup de sérieux. Il aurait cependant pu se montrer plus rigoureux dans la sélection des « causes » dont certaines sont aujourd’hui obsolètes (comme par exemple chasser les corneilles) ou très datées (parce que liées à des conditions matérielles ou sociales du passé). Les noms des maladies auraient pu être actualisés (ils correspondent souvent à la nosologie du XIXe siècle), et les affections qui sont aujourd’hui plus répandues auraient dû faire l’objet de plus d’attention (par exemple parmi la multitude des maladies citées, il n’est pas fait mention du cancer ; les saints invoqués dans ce cas se retrouvent sous la rubrique « maladies incurables », mais c’est ignorer le fait que beaucoup de cancers sont aujourd’hui curables…). Répertorier dans des sources pas toujours fiables (comme c’est le cas des « Petits Bollandistes ») les causes pour lesquelles les saints ont été invoqués n’était peut-être pas la meilleure méthode pour établir de quoi ils guérissent ou protègent effectivement (d’autant que certaines attributions laissent songeur, comme à saint Loup la protection contre les loups, à saint Cloud la guérison de l’acné, à plusieurs saints Clair l’amélioration de la vue, ou au très controversé saint Expédit les causes urgentes…). Quitte à réduire le nombre de saints cités (pour certaines causes, ils sont si nombreux que le lecteur, c’est le cas de le dire, « ne sait plus à quel saint se vouer »), il aurait été préférable d’enquêter sur le terrain dans les pays orthodoxes, où la vénération des saints et l’appel à leur intercession restent très vivaces (ce que l’auteur a commencé par faire en Grèce) pour voir quels saints y sont invoqués aujourd’hui, pour quelles causes et avec quels résultats (ceux-ci ne sont pas facilement évaluables, mais les attestations de miracles, par exemple, sont une indication de première importance).
La deuxième partie du livre présente une méditation originale de saint Arsène de Cappadoce, le Père spirituel de l’Ancien Païssios l’Athonite, qui indique brièvement les « propriétés thérapeutiques des [150] psaumes de David ». Ces indications ont leur intérêt et attirent l’attention sur des dimensions souvent insoupçonnées des psaumes, mais il faut se garder de réduire ceux-ci aux sens indiqués, car cela risquerait d’en appauvrir le contenu et d’en diminuer la portée.
La troisième partie nous offre la traduction française, faite d’après le texte slavon du Livre de Prière du Vieux Rite (en usage au temps du Patriarche Joseph de Moscou [1642-1652]), d’un très précieux « Canon d’intercession pour les malades ».
On trouvera aussi, tout au début du livre, une liste des saints guérisseurs. Celle-ci doit être corrigée sur plusieurs points : on doit lire Euprèpe et non Eutrope ; celui-ci ainsi que saint Anthime et saint Léonce ne devraient en principe pas figurer dans cette liste ; ils étaient les frères de deux saints anargyres célèbres, saint Cosme et saint Damien d’Arabie et ont été martyrisés avec eux, mais ils ne sont pas eux-mêmes connus pour être des guérisseurs. La présence de saint Mocios sur cette liste pose également un problème. Il y a deux saints portant ce nom qui ont eu une relation avec un saint guérisseur : l’un, dont la fête est le 11 mai, a son tombeau dans la même église que saint Samson l’Hospitalier ; le second, dont la fête est le 29 janvier fut soutenu dans son martyre par le saint médecin Julien d’Émèse ; mais aucun de ces deux Mocios n’est mentionné dans les sources hagiographiques comme étant lui-même un guérisseur.  Il est à noter que dans la liste des saints anargyres qui figure dans la version grecque du sacrement de l’Onction des malades (Euchélaion) on trouve le nom de Mocios à côté de celui d’Anicet, tandis que dans la version russe on trouve le nom de Photios, cette seconde version étant probablement plus exacte, puisque Photios était le neveu d’Anicet, que tous deux ont été martyrisés ensemble et que leurs reliques furent la source de nombreuses guérisons..
Il n’existait pas jusqu’à ce jour d’équivalent de cet ouvrage, et on ne peut que le recommander, d’une part comme un témoignage des relations étroites que les fidèles orthodoxes entretiennent avec les saints dans toutes les toutes les circonstances de leur vie, et d’autre part en raison de l’aide qu’il permettra à de nombreux fidèles de trouver auprès des saints dans des difficultés de tous ordres.

Jean-Claude Larchet

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Christophe Levalois

Christophe Levalois

Professeur d'histoire et de géographie, auteur, dernier livre paru : "Le christianisme orthodoxe face aux défis de la société occidentale" (Cerf, 2018).

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

January 17 (old calendar) / Janu...

January 17 (old calendar) / January 30 (new) Fast Venerable and Godbearing Father Anthony the Great (356). Ven. Anthony of Dymsk (Novgorod—ca. 1224...

January 30

January 30  Fast Synaxis of the Ecumenical Teachers and Hierarchs: Basil the Great, Gregory the Theologian, and John Chrysostom. Hieromartyr Hippol...

17 janvier (ancien calendrier) /... Vivre avec l'Église

17 janvier (ancien calendrier) / 30 janvier (nouveau) Jour de jeûne Saint Antoine le Grand, moine en Égypte (356) ; saint Genou, évêque de Cahors (...

30 janvier Vivre avec l'Église

30 janvier Jour de jeûne Synaxe des saints Hiérarques Basile le Grand, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome ; saint Hippolyte de Rome, martyr...

The Russian Church denounces pre...

On January 29, the French daily La Croix published an article signed Pierre Sautreuil on the current situation of the Russian Church in Ukraine. Pl...

« L’Église russe dénonce des pre... Revue de presse

Le quotidien La Croix a publié et mis en ligne l’article suivant : « L’Église russe dénonce des pressions sur ses paroisses en Ukraine« . Int...

Soirée de prière pour l’un... Annonces

La prochaine soirée de prière, de toutes les paroisses orthodoxes de la région parisienne, pour l’unité de l’Église orthodoxe aura lieu le me...

Communiqué of St. Sergius Instit...

On January 28, 2019, at the end of its meeting, the St. Sergius Orthodox Theological Institute (Paris) Board of Directors issued the following comm...

OCA Holy Synod of Bishops issued...

On Monday, January 28, 2019, His Beatitude, Metropolitan Tikhon and the members of the Holy Synod of Bishops of the Orthodox Church in America (OCA...

Jean-François Colosimo’s letter...

Sunday, January 27, 2019, Feast of the translation of the relics of St. John Chrysostom. For more than a quarter of a century, since the fall of 19...

Lettre de démission et de consid... À la Une

Dimanche 27 janvier 2019, en la fête de la translation des reliques de saint Jean Chrysostome. Cela fait maintenant plus d’un quart de siècle, depu...

« Monastères, les trésors cachés... Podcast vidéo

Un documentaire (42:29) diffusé par la chaîne de télévision Arte, intitulé « Monastères, les trésors cachés de la Géorgie », est en ligne jusqu&rsq...